Lutte contre la torture: OCDH exige une mission inopinée du GT des Nations Unies contre la torture au Congo

  

Au Congo-Brazzaville, de plus en plus des violations des droits des personnes sont constatées. Des libertés privées, actes de torture entrainant parfois à la mort enregistrés çà et là…, une situation devenue préoccupante pour les organisations de la société civile. Pour arriver à mettre un frein à ses actes inhumains et dégradants, l’OCDH a interpellé les pouvoirs publics à faire progresser la législation en se conformant à la Convention contre la torture ratifiée. C’était au cours d’une réunion d’échange organisée le samedi 26 juin 2021, prélude à la journée internationale de soutien aux victimes de la torture.

«Notre fils, nommé Nzaba Destin Polycard a été  victime d’acte de torture qui l’a conduit à la mort. Il avait été arrêté pour un motif fallacieux le 3 janvier par la police du commissariat de Nganga-Linzolo. La conclusion de l’autopsie relève qu’il avait des bourses éclatées et avait perdu ses gonades, je me suis rendu compte que c’était peut-être le motif qui l’avait poussé à la mort (…)», témoignage presqu’en larme Jean Claude Nkouka, oncle paternel de Destin lors de la réunion d’échange organisée par l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH).

Au cours de cette réunion, des vidéos témoignant les différents cas de victime de torture suivi par cette organisation des droits de l’homme ont été projeté, des parents des victimes ont levé la voix sur les conséquences collatérales qui peuvent arriver dans une famille après un acte de torture. Le cas Destin Polycard Nzaba l’illustre bien, car son  décès en a entrainé deux autres au sein de ma famille.

«Le père de Destin, grabataire,  ayant appris que son fils qui s’occupait de lui était mort,  a piqué une crise, il délirait et n’ayant pas supporté la disparition de son fils il a rendu l’âme aux premières heures de la matinée. Notre neveu qui vivait à Pointe-Noire venu à Brazzaville pour l’inhumation de son oncle, demande Destin il fallait qu’on l’informer que Destin n’est plus, lui aussi a commencé à pleurer toute la nuit et fini à sentir des violents maux de tête, des douleurs abdominales, nous l’avons conduit en urgence à l’hôpital de Mfilou, mais va rendre l’âme au seuil de l’hôpital », relate Jean Claude, avant de poursuivre, «ce sont là les effets indirects de la torture et même (…). Nous savons que la perte est irréparable, mais nous bénissons cette journée dans l’espoir qu’elle va apporter des reformes du point de vue juridique», a-t-il fait savoir.   

Pour l’OCDH, le cas Destin n’est pas le seul. De 2014 à 2021, cette organisation  de défense des droits de l’homme en a enregistré 37 cas de torture qui sont pendants devant les juridictions. «Sur ces 37 cas, nous n’avons eu que 03 affaires qui sont passées au procès y compris l’affaire de chacona;  06 affaires transmis à la Cour Suprême pour la lever des immunités, jusqu’à ce jour il n’y a pas de procès; 05 dossiers transmis à la Commission Africaine des droits de l’homme et 18 dossiers sans procès», explique Monica Ngalula, responsable de programme juridique de cette structure.

Ce bilan peu reluisant sur le respect des droits humains, nécessite l’interpellation des pouvoirs publics. Ainsi quelques recommandations ont été formulées à leurs endroits, il s’agit entre autre de : instituer un observatoire indépendant de prévention de la torture, garantir la présence des organisations de défense des droits humains parmi ses membres conformément à la convention des nations unies contre la torture ratifiée par le Congo ; organiser de façon régulière des sessions criminelles conformément aux dispositions légales ; revoir les dispositions légales sur la levée des humilités  des officiers de police judiciaire qui blogue souvent l’avancée des dossiers; demander au groupe de Travail des nations unies contre la torture d’effectuer une mission inopinée en République du Congo.

Marien Nzikou-Massala

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :